You are here
Coronavirus en France : le début du mois du Ramadan devrait se faire « sans rassemblement » Breaking News 

Coronavirus en France : le début du mois du Ramadan devrait se faire « sans rassemblement »

 52,809 total views,  1 views today

Et si le confinement en France devait se prolonger au-delà du 24 avril, lorsque débutera le mois du Ramadan ? C’est une éventualité à quoi le président Emmanuel Macron veut préparer les musulmans de France.

 


_____________________________________________________________________

Pleins Feux Sur l'Heure Juste logo

ATTAQUE FUTURE CONTRE ISRAËL : Les prophéties bibliques non accomplies révèlent une attaque future contre Israël provenant de la terre de Magog. » (image sur pleinsfeux.org) …

_____________________________________________________________________


Et si le confinement en France devait se prolonger au-delà du 24 avril, lorsque débutera le mois du Ramadan ? C’est une éventualité à quoi le président Emmanuel Macron veut préparer les musulmans de France.

 

 width=

Illustration d’image / (PHOTO: Crédit /© .image saphirnews.com)

***

Par Geoffrey Gride 

Les mesures de confinement, qui ont débuté mardi 17 mars pour enrayer la propagation du coronavirus, sont appelées à durer plusieurs semaines. Elles perturberont les fêtes religieuses chrétiennes et juives ainsi que, très probablement, le début du Ramadan 1441/2020 au cours du mois d’avril, a prévenu Emmanuel Macron lors d’une audioconférence organisée lundi 23 mars avec les six responsables des cultes en France (catholique, protestant, orthodoxe, musulman, juif et bouddhiste) ainsi que des responsables d’associations laïques et maçonniques. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), y était représenté à cette réunion.

 2020 : quelles dates pour le début et la fin du jeûne ?

Tant que le confinement durera, toutes les célébrations religieuses à venir devront avoir lieu sans rassemblement, a fait savoir le président de la République. Ce sera le cas pour la semaine sainte et Pâques que les chrétiens fêtent du 6 au 13 avril, pour Pessah que les juifs célèbrent du 9 au 16 avril, et probablement pour le mois du Ramadan, du moins son début prévu le 24 avril.

Pendant cette période bénie pour les musulmans, les mosquées sont, en effet, très fréquentées les soirs après le repas de rupture du jeûne, et plus particulièrement lors des prières du Tarawih.

Rien n’est encore certain, les mesures adoptées ayant vocation à être réévaluées selon l’évolution de la situation. « Le président de la République nous incite collectivement bâtir des stratégies intelligentes pour mieux nous protéger tout en continuant à observer rigoureusement les gestes barrières et les règles de confinement en vigueur », a indiqué dans un communiqué le président du CFCM.

Le calendrier hégirien (ou islamique) est un calendrier lunaire, fondé sur les rotations de la Lune autour de la Terre. Le calendrier grégorien est fondé sur la révolution de la Terre autour du Soleil. Ainsi, l’année grégorienne compte 365 jours et un quart de jour, tandis que l’année hégirienne compte 12 mois, dont chacun varie entre 29 et 30 jours. De ce fait, chaque année, le mois de Ramadan commence 11 jours plus tôt que l’année précédente, par rapport au calendrier grégorien qui est d’usage en France. Le premier et le dernier jour du Ramadan suscitent ainsi, chaque année, interrogations, voire controverses. Quelles sont les dates du Ramadan 1441/2020 ?

 

Ramadan 2020 : la détermination de son 1er jour

Ramadan 2020 : quelles dates pour le début et la fin du jeûne ?Suivant le calendrier islamique, le mois de Ramadan est précédé du mois de Chaabane. Traditionnellement, le début du Ramadan est déterminé par l’apparition du croissant lunaire le 29e jour au soir de Chaabane. Il est toutefois possible que des conditions météorologiques empêchent l’apparition du croissant lunaire.

Dans ce cas, le Prophète recommande de compléter le mois de sorte à ce qu’il compte 30 jours : « Jeûnez dès que vous voyez le croissant et rompez le jeûne dès que vous le revoyez. Mais s’il se cache à vos regards, que Chaabane soit de 30 jours. » Le jour qui suit est considéré de facto le premier jour du Ramadan.

Les connaissances en astronomie ont considérablement évolué depuis l’avènement de l’islam. La Lune ayant été beaucoup étudiée, son orbite est connue et sa vitesse de rotation autour de la Terre et autour d’elle-même sont suffisamment maîtrisées.

Les astronomes sont aujourd’hui à même de calculer, à la seconde près, le moment, la durée de l’apparition de la Lune dans le ciel de chaque pays tout au long de l’année. Des calculs sont déjà effectués et ces données sont enregistrées à l’avance et mis à la disposition du public. Il est donc scientifiquement possible de savoir le début de chaque mois lunaire, quel que soit l’état du ciel, pour les prochaines années.

Ramadan 2020 : les dates selon les calculs

Le calendrier musulman unifié fondé sur les calculs annonce un mois de jeûne étalé sur 30 jours avec :

• le début du mois de Ramadan 1441 fixé au vendredi 24 avril 2020
• la fin du mois de Ramadan 1441 fixée au samedi 23 mai 2020

La fête de l’Aïd al-Fitr, correspondant au premier jour du Chawwal, est alors prévue pour le dimanche 24 mai 2020.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) annoncera les dates du début et de fin du jeûne en France lors de traditionnelles Nuits du doute à la Grande Mosquée de Paris.

Le mythe de la Nuit du doute à la Grande Mosquée de Paris

Les musulmans – ou non – sont très nombreux à croire que les dates de début et fin du Ramadan annoncées traditionnellement par le CFCM à la Grande Mosquée de Paris sont fixées après une observation lunaire effective en France. Cette idée n’a jamais été aussi bien ancrée dans les esprits que depuis la pagaille ramadanesque de 2013. C’est ainsi qu’on lit cette année des billets sur le Web titrés : « La mosquée de Paris cherchera le croissant » ou la GMP « opte pour « la Tradition prophétique » ». Il n’en est rien. Explications.

Le mythe de la Nuit du doute à la Grande Mosquée de Paris

« Vox populi, vox Dei ! », avait déclaré Dalil Boubakeur, en juillet 2013, pour justifier le retour de veste de la Grande Mosquée de Paris (GMP) quant à la date du premier jour du Ramadan.

Cette année, la fédération, qui a toujours la présidence du Conseil français du culte musulman (CFCM), a décidé de remettre en place ses fameuses Nuits du doute à l’issue desquelles le début et la fin du mois du jeûne sont fixés.

Comme avant. Enfin, plus tout à fait : la donne a changé dès le moment où la GMP a pris la décision, avec d’autres fédérations musulmanes de France, d’adopter le calcul astronomique comme le moyen le plus approprié de définir le calendrier islamique, de le confirmer pour ensuite… faire CTRL+Z par la pression des réseaux sociaux.

La pédagogie ? Pas cette année !

Toutes les instances du culte musulman ont bel et bien fait preuve d’un manque certain du sens de la pédagogie : le CFCM, faible qu’il est, ne pouvait pas espérer voir sa décision être appliquée sans transition. Tandis que l’UOIF multiplie les réunions ces deux derniers mois pour expliquer sa position dite « pro-calcul », le CFCM – sans les fédérations turques – a confirmé, mercredi 18 juin, la tenue de la première Nuit du doute le 27 juin et appuyé son opposition à fixer le mois du Ramadan en avance.

Pour le CFCM, une « période de transition » est nécessaire pour promouvoir un calendrier musulman fondé sur les calculs, ce qui implique un temps d’explication de sa part. Or, on peut légitimement se poser la question du quand il viendra.

Ne vous y trompez pas, l’instance ne remet aucunement en cause le fond de son choix du 9 mai 2013. En apparence, en revanche, l’annonce d’une Nuit du doute telle qu’elle a été faite donne le sentiment auprès du public musulman que l’institution se range du côté des tenants de l’observation oculaire à tout prix – dont certains sont lancés dans une campagne de discréditation très remarquée sur les réseaux sociaux contre les calculs –, mais sans que cela suive dans les actes puisque aucune observation lunaire ne sera effectuée le 27 juin par la GMP.

Une méthode qui renforce ses opposants

La Grande Mosquée de Paris – la fédération pour être plus exact – n’observera pas la Lune ? Non, et elle ne l’a jamais fait ! Elle n’a jamais dit qu’elle le faisait non plus mais tel n’est pas le cas dans l’esprit du musulman lambda.

Nos sources sont unanimes : si on s’en tient à la décennie qui suit 2003, date de création du CFCM, la Nuit du doute s’est toujours résumée à des retrouvailles entre les fédérations durant lesquelles les annonces de pays musulmans sont attendues, spécifiquement celles de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte. Pas de contacts sur le terrain, on se contente de surveiller les médias. De leur décision naîtra un choix, appuyé par les données astronomiques fournies par l’Observatoire de Paris-Meudon afin de s’assurer si la Lune est visible ou non dans ces pays. Il est en effet déjà arrivé, par le passé, que des pays annoncent avoir vu la Lune quand cela était astronomiquement impossible…

Au bout du compte, « on ne suivait aucune règle, on se fiait à l’ambiance » pour faire un choix, nous déclare un responsable du CFCM dont on taira volontairement le nom. « Pour dire qu’on n’a pas vu, il faut sortir ! On est loin de respecter la Tradition. (…) La méthode astronomique nous épargne au moins les discussions », dira-t-il ensuite.

L’observation de la Lune à l’œil nu, aidé ou non des calculs, est un avis fondé ; suivre les décisions prises ailleurs, aussi. Alors pourquoi critiquer maintenant cette « Nuit du doute » alors que cela fait des années qu’elle se déroule ainsi, entend-on déjà dire ? Parce que les faits cités plus haut étaient inconnus du grand public, amené à croire que la GMP effectue l’observation.

Nul doute, la Grande Mosquée de Paris veut maintenir le monopole de l’annonce du premier et du dernier jour du Ramadan et ne pas le laisser à des associations comme l’Observatoire lunaire des musulmans de France (OLMF) qui défendent une approche très littéraliste des Textes. Sans le vouloir, la GMP renforce l’avis auquel elle s’oppose, rendant plus difficile à entendre les arguments du CFCM en faveur des calculs.

 


VIDÉO SUR CE THÈME

LE RAMADAN ARRIVE, COMMENT VA-T-ON FAIRE ? (+Mérites de Chaâbane) | Le Média …】


Contribution pour soutenir Jérusalem, une pétition mondiale est mise en ligne


 

Source directe : forbiddenknowledgetv.net

Article choisi par :

 


Merci d’avoir lu l’article ! Votre numéro de connexion à cette page est :



Rv7 RADIO


ONU : « Statut de Jérusalem – l’ONU condamne la décision américaine » (image vidéo sur i24 News) …

 

 


_____________________________________________________________________

________________

 

L’information exclusive depuis notre site officiel de (RV7) RADIO VOLUME 7, la ré-information, l’actualité Chrétienne, Messianique autrement, les Faits divers et diverses autres actus du monde entier via newsletter, flux automatique 24/7. Flux RSS Live et les twittes Flux RSS > o))

 

 

A L’AFFICHE

Cliquez sur l’image pour avoir accès au site web

________________


newsinfo


Le partage c'est la vie !.

Related posts

Leave a Comment