You are here
Avec un conflit de plus en plus dans le monde entier, les adventistes talk rétablissement de la paix aux Nations Unies Breaking News 

Avec un conflit de plus en plus dans le monde entier, les adventistes talk rétablissement de la paix aux Nations Unies

2,238 total views, 2 views today

[Crédit photo: Bettina Krause / IRLA]

——————————————

Les dirigeants de l’Église Adventistes du septième jour soulignent les valeurs de la voix adventiste dans les discussions sur la paix et la promotion de la dignité humaine.

——————————————

L’Église adventiste septième jour est co-diriger une discussion à propos du rétablissement de la paix aux Nations Unies, avec un dirigeant de l’église dit un important symposium que la paix signifie bien plus que l’absence de guerre.

Ganoune Diop, directeur des affaires publiques et la liberté religieuse pour l’église adventiste mondiale du septième jour, a fait ses remarques lors d’une présentation à 130 représentants de divers organismes des Nations Unies, ainsi que des organisations religieuses et non gouvernementales, au troisième symposium annuel sur le rôle de la religion et de la foi basée sur des groupes dans les affaires internationales. L’événement, tenu au siège de l’ONU à New York le 23 Janvier, a été co-parrainé par l’Église adventiste.

« Construire la paix est pas une entreprise étroite », a déclaré Diop dans sa première présentation de la journée. « Cela signifie examiner et engager avec le spectre complet de la vie spirituelle, morale et physique humaine. Oui, la paix exige l’absence de violence, mais elle exige aussi la présence de tout le nécessaire pour soutenir la dignité humaine. « Ainsi, a t-il ajouté, les conditions préalables à la paix comprennent les nécessités de-abri de vie, la nourriture, le travail, ainsi que la liberté de la contrainte et la peur.

La nécessité d’artisans de la paix est de plus en plus urgent, a déclaré un grand nombre des présentateurs, y compris le Dr Jeffrey Haynes, directeur du Centre pour l’étude de la religion, les conflits et la coopération à l’Université métropolitaine de Londres. Haynes a cité des statistiques montrant une intensification des conflits mondiaux au cours des dernières années. En 2008, quelque 56.000 personnes sont mortes de conflits dans le monde, avec le nombre croissant de 125.000 en 2014. En 2015, les chiffres les plus récents disponibles, on estime que 180.000 personnes sont mortes à la suite directe du conflit, le nombre annuel le plus élevé depuis le génocide rwandais de 1994.

Un groupe d’après-midi, des intervenants en provenance des Philippines et la Colombie-deux pays en proie à des participants de longue durée civiles sanglantes conflits-a rappelé que la paix implique beaucoup plus que les théories académiques ou diplomatie de haut niveau.

«Le travail de rétablissement de la paix sauve des vies», a déclaré Jesus Dureza, conseiller présidentiel pour le processus de paix pour les Philippines. Cette idée-la vie et la mort signification du rétablissement de la paix, a été repris par le Dr Miguel Ceballos Arevalo, doyen de l’École de politique et de relations internationales, Université Sergio Arboleda à Bogota, et ancien vice-ministre de la Justice pour la Colombie.

D’autres intervenants au symposium ont parlé de l’immense contribution des organisations religieuses et confessionnelles peuvent faire dans les deux conflits de médiation, et en aidant à construire des sociétés solides et stables qui soutiennent la paix.

Son Excellence Pekanbaru Metso, ambassadeur au sens large sur le dialogue interculturel et interreligieux pour la Finlande, a déclaré que les gouvernements ne devraient pas sous-estimer, « le rôle important et l’influence de la religion dans la société, même dans cet âge soi-disant laïque. »

Adama Dieng, le conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la prévention du génocide, a exhorté les organisations civiles, y compris les organisations religieuses, de «se tenir prêt à soutenir les gouvernements dans le travail de nourrir et protéger les droits fondamentaux des citoyens, et la construction de sociétés pacifiques et inclusives . « Il a souligné la grande influence des organisations religieuses dans la société, et a encouragé les organisations religieuses pour prendre une avance dans la promotion de la paix. »Les actions d’un individu peuvent sembler si insignifiant, » at-il dit, « mais ensemble, collectivement, nous pouvons prendre des mesures importantes vers la paix. »

Prenant la parole plus tard, Diop a souligné la valeur de la voix adventiste et perspective d’être entendu à l’Organisation des Nations Unies. « Nous avons des contributions pratiques et théologiques importantes à faire dans le débat public sur la paix et la promotion de la dignité humaine», a déclaré Diop. «En tant qu’organisation mondiale, nous disposons d’un portefeuille de services, y compris l’éducation, spirituel, de la santé, et les soins qui humanitaire aide des collectivités saines d’accueil. » Toutes ces institutions et services, dit-il, parler aux efforts adventistes pour « améliorer la vie des gens et affirmer la valeur de chaque être humain. « 

Le département de l’église adventiste mondiale des affaires publiques et la liberté religieuse était l’un des trois organisateurs du symposium, qui a également été co-parrainée par l’ONU Inter-Agency Task Force pour l’engagement avec les organisations confessionnelles, et le Bureau des Nations Unies sur la prévention du génocide.

 

Source : News Adventist

Traduction par RV7

Rejoigniez le groupe Adventiste du monde sur Facebook

 

 

newsinfo


Le partage c'est la vie !.

Related posts

Leave a Comment